Rechercher

Décorer mais aussi AMÉNAGER

Vous avais-je déjà dit que ma formation, dénommée "Décorateur d'intérieur", s'approchait davantage en réalité de la formation d'un Architecte d'intérieur ? Laissez-moi vous expliquer pourquoi en quelques mots ...

Je l'ai déjà évoqué sur les réseaux sociaux de Petit nid, et j'en ferai certainement un article prochainement : dans ma formation, avant même de parler déco, on apprend les bases en gros œuvre, techniques spéciales (raccordements sanitaires, chauffage, ventilation,...), recouvrement sols et murs, construction d'escaliers, compréhension et réalisation de dessin architectural,... De quoi pouvoir comprendre comment est construite et "fonctionne" une maison, afin de pouvoir y apporter des changements en pensant de nouveaux espaces ou en remodelant les espaces existants. De quoi pouvoir se faire comprendre par les artisans qui réaliseront les travaux, et de quoi comprendre leur vocabulaire technique. Bref, de quoi pouvoir AMÉNAGER un intérieur et non pas seulement le décorer. C'est pourquoi j'insiste tant sur le mot "aménagement" lorsque je décris ma formation, le contenu que vous pourrez retrouver sur mon blog ou encore l'activité que je compte développer un jour.


Fatalement, qui dit aménagement voire même architecture d'intérieur dit : plans. Il faut tant pouvoir lire un plan d'architecture que pouvoir en réaliser un soi-même. Le cours de Dessin architectural est donc l'un des premiers du planning de la formation. Celui-ci se prolonge en quelque sorte avec un cours lors duquel nous allons devoir petit à petit réaliser des projets d'aménagement. Le premier projet ? Un "exercice" commun : réaliser le plan de l'une de nos classes.


Sur cette photo, je m'appliquais donc à la réalisation d'un plan de classe. Après avoir fait le métré de la pièce (ou presque... cours en visio obligent !), on passe à la réalisation des plans (vue en plan et deux coupes). Cette étape se fait au crayon (plus précisément au porte-mine) et sur du papier. Une fois satisfait du résultat, on pose un calque sur ce dessin au crayon et on repasse le tout au marqueur, grâce à la transparence. Sueurs froides et palpitations garanties !!! La hantise de tous : une grosse erreur au dernier moment (ou même à n'importe quel moment d'ailleurs...) ! J'ai dû vieillir de 5 ans pendant cette étape mais je m'en suis bien sortie, ouf ! Seul bémol : quelques micro coulures de marqueur à gauche à droite. J'imagine qu'avec la pratique, on ne se fait plus avoir !


Après avoir repris son souffle, on photocopie le calque pour que le dessin au marqueur se retrouve à nouveau sur du papier (je vous le dis tout naturellement aujourd'hui, mais on a bien ri la première fois qu'on nous a parlé de ces allers-retours entre papier et calque ! :D).


Une chose est sûre : vivement que l'on passe au dessin sur ordinateur ... mais rien de tel que de commencer par la technique à la main ! :-)